Rechercher le magasin

Derniers blogs

25. Décembre 2010, 21:17 CD / Vinyl Music

Kanye West - « My Beautiful Drak Twisted Fantasy

Sophia Bischoff - Kanye West est de retour avec « My Beautiful Drak Twisted Fantasy », un album détonnant qui mettra fan et détracteur d’accord.

Kanye West -  « My Beautiful Drak Twisted Fantasy
Dans la même lignée que son précédent opus « 808s & Heartbreak », Kanye West sort une palette de 13 morceaux semblant donner à la définition du hip-hop sa caractéristique expérimentale.

De nos jours, c’est presque devenu une mode de s’acharner sur Kanye West. On le dit trop fière et doté d’une tête si grosse qu’elle ne passerait plus les portes. Il est devenu la risée des médias et du milieu musical en interrompant Taylor Swift alors qu’elle recevait le prix de la meilleure vidéo féminine en 2009. Depuis, il a même eu droit à une version caricaturé de sa personne dans la célèbre série américaine South Park. On aurait pu alors croire que ces évènements sonneraient le glas de sa carrière. Et pourtant, Kanye West revient sur le devant de la scène avec ce qui s’annonce comme un des meilleurs albums de sa carrière.

Kanye West le malaimé. Mais un Kanye West qui a tout de même réussit a avoir une belle palette d’invités sur son dernier opus. C’est donc Reakwon, Kid Cudi, Dwele, Pusha-T, Swizz Beatz, Rick Ross, RZA, Nicki Minaj, John Legend, Rihanna et Jay-Z, pour n’en citer que quelques uns, que l’on retrouvera sur l’album. Le titre « All of the lights » a d’ailleurs la particularité d’accueillir Elton John au piano et Rihanna aux refrains. Le mythe cite également Alicia Keys, John Legend, Fergie ou encore Kid-Cudi sur le morceau. Il ne reste plus qu’à écouter le titre jusqu’à reconnaître toutes les voix.// Mais alors, toutes ces collaborations sont-elles une simple décoration ? Pas toutes. Alors qu’on a vraiment l’impression que la liste d’artistes invités sur « All of the lights » relève du buzz, les autres featuring apportent un réel plus à l’album. Si on ne devait retenir qu’un seul exemple, se serait le titre « Monster » en collaboration avec Jay-Z, Rick Ross, Nicki Minaj et Bon Iver. 6 minutes de beat prenant, montant en puissance où les MC présents montrent leur talent sans aucune retenue.

Du côté musical, l’esprit de l’album peut être résumé par le titre « Dark Fantasy » qui ouvre le bal. Flottement planant et chœurs, donnant une touche « expérimental » à l’album. Puis, l’arrivée du style de prédilection de Kanye West ; le hip-hop. Le tout s’emboitant avec subtilité. Tout au long « My Beautiful Drak Twisted Fantasy », on sent le travail de recherche musical mis dans cet opus. Au lieu de se cacher derrière des sonorités conventionnelles, Kanye West a poussé le hip-hop un peu plus loin lui alliant des ambiances peu explorées au paravent. On retrouvera donc un « Power » aux rythmiques arrivées tout droit d’Afrique et aux accords très rock. Avant «All of the lights» (en featuring avec Rihanna, morceau réunissant tous les ingrédients du succès commercial, on retrouve une interlude aux frontières de la pop et de la musique classique où piano et cordes se côtoient en douceur. Sur « Devil In A New Dress » (en featuring avec Rick Ross), c’est une vieille influence R&B et soul qui apportera une touche vintage bienvenue. Dans la lignée des sonorités de son précédent album « 808s & Heartbreak », on retrouvera le soupçon d’electro que Kanye West semble tant apprécier sur l’excellent « Runaway » (en featuring Pusha T). Le coup de cœur musical de l’album est sans aucun doute «Blame Game» en duo avec John Legend, un titre à la fois émouvant et puissant qui prend l’auditeur par les tripes. Ici encore, Kanye West offre une production subtile où cordes et piano se marient avec des sonorités plus électroniques. Un vrai bijoux !

Peu avant la sorti de « My Beautiful Drak Twisted Fantasy », Kanye West a dévoilé au public son premier film. Le court métrage nommé « Runaway » accompagne le morceau du même titre et raconte l’histoire d’une histoire d’amour entre un homme et un être mi-femme, mi-phoenix. Et c’est sur ces 35 minutes alliant musiques et cinéma que l’on vous laisse :

Commentaires
Login