Rechercher le magasin

Derniers blogs

24. Juillet 2011, 00:00 Music Festivals

Il était une fois un vendredi au Paléo.

Sophia Bischoff - Vendredi, Paléo a accueillit de nombreuses valeurs sûr de la scène musicale internationale. Retour sur une soirée où presque tout les horizons musicaux ont été représentés.

Il était une fois un vendredi au Paléo.
17h00, le bal du Paléo est prêt à être lancé. On vient de croiser des vendeurs de billets au noir et on est bien content d’avoir notre sésame. On se demande bien combien ils revendent leur billet. Plus tard dans la soirée, on a eu la réponse. Vous pensiez que ces gentils messieurs allaient vous sauver la soirée en vous permettant d’acquérir un billet à prix raisonnable ? Que nenni ! Hier soir, aux alentours de 21h, mes petites oreilles tendues à l’extérieure de l’enceinte du Paléo ont été frappées par les 170.- CHF demandés par les vendeurs « clandestins » (une autre oreille m’a même parlé d’une proposition à 350.- CHF). Non, non vous ne rêvez pas. 170.- CHF, c’est bien un peu plus de deux fois le prix normal pour un billet étudiant (qui se vend, en temps normal, aux alentours des 58.- CHF – prix Ticketcorner). Se faire de l’argent sur le dos des mélomanes et autres festivaliers ne m’a jamais semblé aussi injuste. Mais ne nous énervons pas, Paléo est une fête à vivre pleinement. Retournons donc à notre fin d’après-midi.

C’est Trip In, avec qui Laurent a papoté il y a quelques jours, qui a ouvert le vendredi de la 36ème édition du Paléo Festival de Nyon. Après avoir joué au détour en 2009, le groupe nyonnais est de retour cette année pour présenter leur deuxième album, « Tomber les masques », au Club Tent. Pas facile d’ouvrir une soirée du Paléo à 17h alors que la majorité des festivaliers arrivent plus tard. Mais peu importe, Trip In donne ses tripes sur scène et le Club Tent se rempli rapidement. Après une heure de concert, Trip In est rejoins sur scène par Mark Kelly pour terminer en beauté une performance prenante et reboostante avec le titre « Je cours ».

Du côté de la grande scène, peu après 21 heures, le drôle groupe des Cow-Boys Fringants nous a rejoint. Il nous conte l’histoire du Québec, plaidant pour son indépendance et un meilleur environnement tout en critiquant la société de nos jours. Cet engagement environnemental fait l'objet d'un véritable culte au sein de la jeunesse. Ils ont enchanté le public Suisse avec leur accent de l'autre bout du monde. Les couleurs du Québec était même représentée dans la foule. Un concert qui certifie leurs statuts de stars internationales.

Au Châpiteau, c'est les Shaka Ponk qui ont ouverts les festivités avec un show méticuleusement préparé. Le chanteur s'est même jeté à plusieurs reprises dans une foule en délire. Avec deux albums sous le bras, le collectif parisien s’est fait une solide expérience avec leur puissance de frappe sonique et leurs effets multimédias saisissants.

Puis le jeune Saïd dit "Soprano" a présenté son double album "La colombe et le Corbeau". Un jeune public était amassé tôt devant les barrières, certains se sont même évanoui sous la pression du flow du jeune marseillais des Psy 4 de la Rime. Il a prouvé une nouvelle fois, efficacement, que le rap français a définitivement sa place au Paléo.

Le concert très attendu de la soirée était sans aucun doute la prestation de Stromae. Le belge a beaucoup joué avec le public en présentant ses "leçons" que vous pouvez retrouver sur Youtube. Dès les premières notes de son tube "Alors on danse" la foule s'est déchainée pendant plus d'une heure et demi. Elle en redemandait encore plus.

Pour ceux qui auraient loupé la première soirée de la 36ème édition du Paléo Festival de Nyon, vous trouverez des photos des concerts sur www.usgang.ch

Sophia & Laurent

Commentaires
Login