Rechercher le magasin

Derniers blogs

5. Juillet 2012, 18:22 Concert Music Festivals Soirée

Lana Del Rey au Montreux Jazz Festival

Sophia Bischoff - Mercredi 4 juillet, le tout Montreux frissonnait à l’idée du concert du Miles Davis Hall. Alors que certains n’avaient d’yeux que pour Noel Gallagher qui jouait au Stravinski, les fans et curieux étaient surtout présents pour le concert de Lana Del Rey. Lettre ouverte au mythe.

Lana Del Rey au Montreux Jazz Festival
On a dû batailler pour pouvoir assister à ce concert. Les billets étant tous partis très rapidement, l’accès accordé aux journalistes était restreint, manque de place oblige. Un coup de chance a permis à Students.ch d’y assister. Comme vous vous rappelez peut-être, nous n’avions pas été convaincu par le premier opus de la new-yorkaise. Certains morceaux sortent du lot, mais la globalité sonne trop « copié/collé ». Puis, nous avons vu les premiers passages télévisuels de Lana. Sa voix était fausse, Lana était figée. Il était donc primordiale pour Students.ch d’aller vérifier de ses propres yeux et oreilles ce qu’elle valait réellement sur scène.

En première partie de soirée, l’artiste français Wookid a donné une performance remarquable au Miles Davis Hall. Plein d’humour, il n’hésite pas à taquiner le publique sur le fait que beaucoup d’entre eux ne sont pas venus pour lui. Peu importe, la musique de Wookid est efficace, les musiciens sont excellents, l’audience est ravis. A 22h15 précise, Lana Del Rey entre en scène pour un concert qui ne durera que 45 minutes. Notre impression ? Vous la trouverez dans la lettre ouverte à Lana Del Rey.


« Lana, nombreux étaient les fans qui t’attendaient hier. Tu as été disponible, n’hésitant pas à jouer le jeu de la rencontre avec le publique. Tu les as touché pendant le concert, leur a dit que tu les aimais. Réelle sincérité ou simple technique pour faire oublier ton imperfection ? Je n’en sais rien. Peu importe, personne n’est parfait. J’ai été déçue quand j’ai entendu tes premiers lives. Tu étais gauche, ta voix était fausse. Je me demandais même si tu n’étais pas un peu prétentieuse lorsque tu te disais chanteuse. Quand les critiques soulignaient ce point, tu exhibais la carte « trac ». Hier soir, le Montreux Jazz Festival t’a donné une chance unique de faire taire les détracteurs. Y es-tu arrivé ? D’une certaine manière. Tu es entrée sur scène telle une divas. Vêtue de ta robe blanche, tes cheveux étaient ornés d’orchidées blanches. Ta beauté a éblouit le Miles Davis Hall. Les cordes qui t’accompagnaient donnaient une dimension de calme bienvenu.


Tu as décidé de commencer par « Blue Jeans », l’un de tes derniers succès. Et là, mes oreilles n’y croyaient pas, ta voix n'était pas fausse. Pas une once de trac ne transparaissait. Mais la justesse n’a pas durée, tu as parfois tremblé, tu as souvent terminé tes morceaux sur une mauvaise note. Au final, je pense avoir quelque peu compris d’où viennent ces soucis de justesses que l’on peu entendre. Lana, tu es habituée aux aigus et tu les chantes bien. Les envolées lyriques que tu y fais sont agréables. Mais, Lana, tu as fait le choix d’habiter des graves que tu ne métrises pas, qui ont l’air de te faire peur. Tu sembles timides et réservée sur scène. On sent que même si tu as fait d’énorme progrès et que tu as le courage de ne pas céder au playback, tu n’es pas toujours vocalement à l’aise. Tu as aussi déclaré à deux reprises qu’à l’occasion du Montreux Jazz Festival, tu nous offrirais un peu de jazz. Lana, laisser la possibilité à ton pianiste d’introduire quelques blue notes dans un morceau, ne veut pas dire que tu as fait du jazz. Le publique n’y a vu que du feu, il t’as acclamé sans retenu.


Lana, nombreux étaient les fans qui t’attendaient hier. Tu ne les as pas déçus, au contraire. Quant à moi, tu m’as surprise. Tu as offert beaucoup plus que ce que je n’attendais de toi. On voit que tu as travaillé, que tu cherches à t’améliorer. Tu nous as même offert un morceau inédit (qui était, malheureusement, vocalement raté). On ne débattra plus sur le fait que tu sois ou non une réelle artiste. On apprécie simplement l’effort car a passé un agréable moment avec toi (et ce, malgré ces mimiques irritantes que tu t’efforce d’avoir sur scène). Par contre, tu aurais pu nous offrir plus que 45 malheureuses minutes de concert. »

Commentaires
Login