Rechercher le magasin

Derniers blogs

23. Avril 2009, 00:00 Concert Music Festivals Interview

Students meets Jimi Tenor @ Caprices Festival

Nevena Puljic - "Après 1974, il n'y a plus rien!" Un artiste que je ne connaissais absolument pas avant qu’il ne soit sur l’affiche du Caprices. Le nom est intriguant et un petit tour sur internet suffit pour remarquer que sa musique l’est tout autant. Chers Students, ce son-là ne resse...

Students meets Jimi Tenor @ Caprices Festival

"Après 1974, il n'y a plus rien!"

Un artiste que je ne connaissais absolument pas avant qu’il ne soit sur l’affiche du Caprices. Le nom est intriguant et un petit tour sur internet suffit pour remarquer que sa musique l’est tout autant. Chers Students, ce son-là ne ressemble à rien de ce que vous connaissez. Après, on aime ou on n’aime pas, mais Jimi Tenor est sans conteste un artiste, un vrai. L’interview a lieu dans sa loge. Léger imprévu, le sound-check d’un groupe a lieu juste à côté et le bruit est assourdissant. Heureusement, Jimi Tenor est prévenant et prend l'enregistreur en mains. Merci Jimi.

Les photos du concert de Jimi Tenor se trouvent ici !

Students.ch: Tu penses quoi du Caprices festival ?

Jimi Tenor:J’adore ces tentes (rires). On a déjà joué ici il y a trois ans. C’était très bien. Je me rappelle de très bons gâteaux (rires).

Students.ch: Et la Suisse ?

Jimi Tenor: C’est joli. Plutôt luxueux. C’est l’un des seuls festivals dans lesquels j’ai joué où je trouve des petits coussins rouges en velours dans ma loge. Normalement c’est plutôt le contraire. Mais on ne joue jamais en Finlande. Ils veulent pas.

Students.ch: Pourquoi ?

Jimi Tenor:Je sais pas. (On n’insiste pas, cela semble être un sujet délicat pour lui car il s’assombrit. Mais apparemment, on l’y considère comme un marginal.)

Students.ch: T’as le temps de profiter un peu du festival et de Crans-Montana ?

Jimi Tenor: Pas de ski en tout cas. J’ai skié suffisamment en Finlande cet hiver. Pour les artistes, je verrais peut-être les gens qui jouent sur la même scène. J’aurais aimé arriver hier car j’ai vu que Dj Krush et Underground Resistance étaient là. Mais je n’étais pas au courant. Je suis un grand fan de Dj Krush. Je l’ai rencontré au Japon il y a des années. On était tous deux chez Sony Japan et ils ont organisé une rencontre. C’est quelqu’un que j’aime beaucoup.

Students.ch: Peux-tu décrire un peu ta musique pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Jimi Tenor: Il y a quelques influences afro-beat. Je fais aussi des mixages et de la production. J’aime bien mélanger des techniques et faire des sortes de collages. Ça sonne toujours un peu « live ». En gros, j’essaie de faire mon truc et ça peut donner des choses inattendues (rires).

Students.ch: Tu fais de la musique depuis plus de 20 ans et t’as sorti à peu de choses près le même nombre d’albums. Pourtant aucun d’eux ne se ressemble…

Jimi Tenor:En fait, je crois que mon corps ne contient plus une seule molécule de ce que j’étais il y a 20 ans.

Students.ch: Et tu penses trouver la stabilité un jour ?

Jimi Tenor: Dans la mort je suppose (rires).

Students.ch: Quel genre de musique est-ce que tu écoutes et où trouves-tu tes inspirations ?

Jimi Tenor:J’écoute beaucoup de musique dans ma voiture et en ce moment c’est surtout du jazz polonais. J’ai enregistré un album en Pologne donc j’ai un bon public là-bas. Ils sont très touchés quand quelqu’un va enregistrer quelque chose car musicalement il ne s’y passe rien. Donc, j’ai un peu de jazz polonais datant des années 70. C’est très bizarre. L’âge d’or du jazz polonais (rires). Y’a pas mal de trucs qui en valent pas la peine. C’est la même chose avec le jazz finlandais. Les producteurs continuent à en sortir parce que ça marche au Japon, mais il n’y a plus rien à explorer de ce côté-là.

Students.ch: Et par rapport à la musique actuelle ? Fais-tu partie de ceux qui pensent que tout était mieux avant ?

Jimi Tenor: Après 1974, il n’y a plus rien (rires). C’est une question difficile car la base se trouve dans l’histoire, donc il faut y remonter. Malgré tout j’ai dit que j’étais un fan de Dj Krush et d’Underground Resistance. C’était plutôt les années 90 mais cela reste plus actuel.

Students.ch: Ta première expérience de la musique ou le premier CD acheté ?

Jimi Tenor: Oui, je me rappelle du premier disque acheté avec mon propre argent. J’ai joué de la flûte pour les funérailles d’une amie à ma mère quand j’étais jeune et j’ai gagné 50 marks finlandais. Là j’ai acheté le CD des Dead Kennedys, que j'ai toujours (« Fresh fruit for rotting vegetables »).

Students.ch: Jimi Tenor est partout. Tu as fait de la photo, des courts-métrages, dessiné quelques lignes de vêtements,… As-tu toujours des projets de ce côté-là ?

Jimi Tenor: Je fais toujours un peu de tout ça mais pas autant qu’avant. Je n’ai plus l’énergie de mes 25 ans. Et de toute façon, les films que j’ai faits n’étaient pas géniaux. C’était juste bon pour l’ego de dire que je faisais des films (rires).

Students.ch: Ta philosophie ?

Jimi Tenor: Question profonde. Je sais pas... « It’s better to create ! »

Keep continue Jimi !

Retrouvez les photos de tous les concerts du Caprices Festival sur usgang.ch

Commentaires
Login