Rechercher le magasin

Derniers blogs

21. Juillet 2015, 17:38 Concert Culture Music Festivals Soirée

Paléo pt. I : Clementine & Williams

Sophia Bischoff - Entre douceur et énergie, la première journée du 40ème Paléo Festival de Nyon a ravi les festivaliers. Zoom sur les concerts de Benjamin Clementine et Robbie Williams.

Paléo pt. I : Clementine & Williams
Benjamin Clementine

Parfois jazz, soul ou pop. Ce qui marque c'est cette tempête de l'énergie du classique portée par l'aérienne cassure émotionnelle de la voix de Benjamin Clementine. Up ou down, son tempo charme, séduit et envoûte un public qui, face à la pureté et l'humilité de son art, reste sans voix. Désinvolte, il glisse sur le groove sans effort, sans artifices. Clementine reste simple face à l'excitation de la foule et de sa chaleur. Point de prétention, comme s'il n’y avait pas de différence entre le métro parisien et l'imposante scène des Arches du Paléo. Cette scène et ce public démesurés face à l'intimité de ses compositions, face à sa douceur et sa finesse. On retiendra toutes ces aventures émotionnelles et, surtout, ce timbre entre hauteur céleste et profondeur terrestre, entre velours et rage, entre puissance et cassure. On regrettera néanmoins cette absence de communion avec le public, ce flair qui aurait poussé Benjamin Clementine à s'ouvrir plus pour attraper l'audience dans la complexité de sa toile musicale.


Robbie Williams

Plus tard dans la nuit, on a bataillé pour apercevoir Robbie Williams. Force de rassemblement de superstar. On en doute plus. Difficile de se frayer un chemin quand la tête d'affiche du jour donne rendez-vous à son public. Guidé par les hurlements de Paléo - dont on s'est consciemment éloigné -, on a retrouvé l'homme du soir. Là, on a vu notre adolescence faire un come-back violent, portée par l’énergie de la star britannique. Classique sur classique, on a savouré chaque souvenir.


Il nous as surpris en chantant en cœur un « I'm Still Haven't Found What I’m Looking For » de U2 quelque peu épuré. Adepte de l’autodérision et conscient de son image, Williams se moque du passé d'un doux baiser comique et respectueux à la fois. Il touche aussi l'émotion commune en reprenant « Better Man » avec son père et avec un « Feel » et un « Angel » repris en cœur par la foule. Sur scène, Robbie Williams danse, s'éclate, prend des bains de foule, fait honneur à l'anniversaire de la semaine en le lui chantant, passe en revu ses hits, fait le show. Normal, vu son statut. Au final, la star internationale sert une performance pleine d’énergie, d’humour et un beau moment de nostalgie des nineties.

Photos : Paleo Festival // © Lionel Flusin

Commentaires
Login