Rechercher le magasin

Derniers blogs

23. Juillet 2015, 00:00 Concert Culture Music Festivals Soirée

Paléo pt. III : FlexFab, EZ3kiel, Sting

Sophia Bischoff - Entre puissance rock, électro et classe anglaise, le mercredi 22 juillet a répondu aux attentes des festivaliers du 40ème Paléo Festival Nyon.

Paléo pt. III : FlexFab, EZ3kiel, Sting
Début d’après-midi, quelques heures avant le déluge orageux. La presse et les professionnels de la musique sont conviés à (re)découvrir le dernier prodige de la scène hip-hop/électronique suisse : FlexFab. Après avoir enflammé le Club Tent au milieu de la nuit du lundi, le neuchâtelois revêt une configuration simple pour démontrer l’ampleur de son talent. Dans la mouvance des producteurs actuels, FlexFab sert des beats efficaces. D'un coup de doigt, il introduit des sonorités venues d'Orient, offrant fraîcheur à son set. Puis, d'un autre coup de doigt, il revient délicatement à des influences électro qui prennent aux tripes, pour ensuite y insuffler une atmosphère bollywoodienne avant de remixer le « River » d’Ibeyi. Entre énergie hip-hop et électro, FlexFab navigue entre les styles, entre puissance et subtilité, prouvant ainsi les prédictions ; l’homme a tout pour aller loin.


Restons dans la même énergie avec EZ3kiel. Puissance rock, cosmo electro et atmosphère mystico ténébreuse. Le groupe originaire de Tours (France) absorbe dans sa toile un public trempé par le violent orage du soir. Soutenu par un jeu de lumière impressionnant et en total harmonie avec l'unité de leur univers musical, EZ3kiel saisit un public encré dans dix centimètres de boue. On apprécie EZ3kiel et on laisse l'âme être défoulée par l'audace de leur puissante dérive musicale.


« If I Ever Lose My Faith In You », sa barbe et son français délicieux. L'alchimie prend et fédère dès les premières notes de la tête d’affiche du soir : Sting. Sa magie est efficace, peu importe le lieu, le moment, la météo. Que se soit à travers sa discographie en solo ou avec The Police, les hits s'enchaînent sans retenu, sans lasser, toujours avec cette dose d'émotion salvatrice. « So Lonely ». Solos de guitare, de piano, désabusés. Avec le moment de slap bass, vient le groove. Comme si on prenait le thé dans un tea-room anglais avec l'artiste : pas de prétention. Une performance aux harmonies rock, jazz, pop emplie de passion. Un public aux anges.




Photos : Paleo Festival // © Anne Colliard / © ETAP / © Boris Soula

Commentaires
Login