Rechercher le magasin

Derniers blogs

15. Mai 2011, 00:00 Concert Culture Music Festivals Interview

Interview de Didier Wampas

Albéric Gros - Avant son show à Balélec sur la grande scène, Didier Wampas nous a accordé un peu de son temps pour répondre à nos questions. C'est dans sa loge que nous sommes venus l'interviewer.

Interview de Didier Wampas

Students.ch : Bonsoir, merci beaucoup de nous recevoir. Vous êtes ma première interview, c'est un vrai plaisir de vous avoir .

Didier Wampas : Oh ben ca alors ! On va faire ca bien.


Students.ch : Est ce la première fois que vous venez en suisse ?


D.W : Non non, on est déjà venus assez souvent. C'est beau, c'est propre et les gens sont gentils. C'est un pays que j'aime bien, c'est super beau, au bord du lac, tout ca. Enfin on voit que ce qu'il y a de beau en suisse en même temps. Quand tu viens en vacances, c'est un peu comme à paris quoi. Quand tu y passes, c'est super beau, mais quand tu y vis, je pense que c'est pas pareil. En tout cas j'adore.


Students.ch : Au fil du temps, vous n'avez jamais eu votre langue dans votre poche. Avez vous toujours été ainsi ?


D.W : Tout ça ça se fait petit à petit quand même, tu vois. C'est comme sur scène, la première fois où tu y montes, tu n'es pas à l'aise. C'est petit à petit que tu apprends à être à l'aise, et à tout les niveaux,que ce soit sur scène, pour écrire des chansons... Mais oui, ça s'apprend par l’expérience. C'est jamais inné, personne ne monte sur scène et son premier concert est génial. Ca n'existe pas ou alors c'est très rare.


Students.ch : Après 28 ans de carrière, 10 albums et plusieurs tubes, avez vous toujours autant de plaisir à jouer sur scène ?


D.W : Ah oui, et heureusement quand même ! C'est un peu magique de monter sur scène, c'est même beaucoup magique. C'est un moment qui ne ressemble à rien d'autre, tu vois ce que je veux dire ? C'est génial.


Students.ch : Alors que vous êtes le leader du groupe, comment ça se passe entre vous ?


D.W : C'est pas évident cette histoire de démocratie dans les groupes. Ça n'existe pas vraiment. La démocratie, c'est un truc qui est bizarre. La démocratie artistique, c'est pas possible, tu comprends l'idée ? L'art ne peut pas être démocratique. Il se trouve que c'est moi qui écrit les chansons, mais pour les décisions, mais je ne prends pas beaucoup de décisions. Tout ce qui est business et compagnie, je m'y intéresse pas trop. Chacun s'occupe de plein de trucs et ca se passe naturellement.


Students.ch : Une question vous a été posée en 2009, je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais j'aimerais vous reposer cette même question aujourd’hui. Y a t'il une autre preuve que les Wampas que dieu existe ( en référence au nom du dernier album) ?


D.W : Heureusement, que l'on est pas la seule preuve, sinon on serait mal barrés...


students.ch : Comment vous est venu l'idée du titre ?D.W : J'étais à la maison de disque chez universal, et je passe devant une librairie anarchiste ou il y avait un livre qui s'appelait «  les preuves de la non existence de dieu ». Et je me suis dit que pour moi, les wampas sont la preuve de son existence. C'est donc du premier degré !


Students.ch : Quand on vous écoute, il y a souvent du second degré. Vous avez un message pour les gens qui n'ont aucun humour ?


D.W : Quand j'utilise le premier ou le second degré c'est un peu pour me cacher, par pudeur peut etre. C'est une manière de ne pas dire les choses directement. Mais pour ceux qui ne comprennent pas, c'est pas grave, c'est un peu fait exprès aussi. C'est un peu comme les rappeurs qui disent «  fuck la police » et qui s'étonnent après que la police leur tombe dessus. Je vais pas me plaindre si les gens comprennent pas.


Students.ch : D'un coté, vous prônez assez souvent la tolérance, et vous êtes assez critique de l'autre. C'est un jeu assez risqué finalement. Est ce que ça vous a déjà joué des mauvais tours ?


D.W : Oui c'est vrai que c'est assez risqué, mais jusqu'à présent ca ne m'est pas trop retombé dessus. Mais un jour, ca va surement me retomber sur la gueule. De me moquer un peu de tout le monde, mais c'est pas vraiment méchant non plus. J'estime avoir eu de la chance jusque la. C'est pas mal quand meme.


Students.ch : Vous avez un meilleur souvenir ?


D.W : C'est con à dire, mais l'année dernière, on a fait le stade de France avec Indochine, et ça fait vraiment quelque chose. Et curieusement, ce n'est pas le nombre de gens qui impressionne, mais c'est de voir les gens tout autour, sans fin et tout. En tout cas, ca m'a beaucoup marqué.


Students.ch : A l'inverse, un de vos pires souvenirs ?


D.W : C'était un des premiers concerts, à Brest tout au début, et on avait fait un concert vraiment pourris. On a presque été hués. Depuis, j'essaye de plus faire de concerts pourris parce que ça m'a marqué.


Students.ch : Des projets en perspective ?


D.W : Pour ma part, je viens d'enregistrer mon premier album solo qui sort à la rentrée. Par contre je ne sais toujours pas quel titre il va avoir, c'est en recherche.


Commentaires
Login