Rechercher le magasin

Derniers blogs

10. Octobre 2011, 17:54 CD / Vinyl Music

Stress – « Renaissance II »

Sophia Bischoff - Deux ans après son dernier album, Stress sort son cinquième album sobrement intitulé « Renaissance II ». Une simple suite au premier « volume » du même nom ? Pas si sûr...

Stress – « Renaissance II »
Jeudi 6 octobre, Stress s’apprête à présenter son nouvel album en avant-première aux Docks de Lausanne. Dès la première minute, Stress, son groupe et ses deux acolytes M.A.M et Karolyn, mettent tout le monde d’accord ; « Renaissance II » s’annonce très bien. Pendant près d’une heure, l’emblème du rap suisse-romand a emporté le public des Docks dans un voyage festif. C’est dire à quel point on avait hâte d’être le lendemain pour voir si le live était réellement révélateur de l’énergie des nouvelles créations de Stress.

« Renaissance II » s’ouvre sur le titre « Fuck Stress ». On y retrouve un Andres Andrekson – son nom à la ville – parlant à cœur ouvert sur Stress. Son ras-le-bol et son insécurité sont distillés au rythme de l’évolution de la puissance du morceau, pour atteindre son apogée au refrain. Tout le monde crie « Fuck Stress ». Une réelle envie de tout lâcher, de tout casser ? Pas si sûr. A la lumière de la suite de l’album, Stress semble utiliser ce morceau pour tourner la page sur certains aspects de ce personnage qu’il ne métriserait pas toujours. La renaissance est en marche. Stress livre son changement tout au long des 15 autres morceaux de l’album. Le lausannois semble désormais partagé entre ses démons intérieurs et son envie de profiter de la vie. Voilà les deux facettes de « Renaissance II » : l’état d’âme de Stress et Stress le fêtard. Pour les connaisseurs de l’artiste, on dira même que Billy Bear s’allie aux sentiments de Stress.

Billy s’éclate. Billy s’embarque dans une soirée qui s’annonce déjà mythique sur, « Au Poste ». Il crée sa propre boisson dans « Animal Juice » et compte sa vie de rêve dans « Animal Life ». Au détour d’un épisode aux rythmiques brésiliennes, il fait un voyage dans le temps pour atterrir dans les années 80 avec « Drama Queen ». Bear n’oublie pas ses racines hip-hop et voyage dans ses contrées dotées des beats les plus lourds sur « Primitif » ou encore sur « Baby Please ».


D’un autre côté, Stress s’ouvre sur des titres discrètement parsemés au beau milieu de la fête. Ses peines et ses doutes apportent une touche sincère à l’album. Sur « Elle », c’est la douleur provoquée par son hernie discale. « A mes côtés » récite les difficultés des relations à distance. La voix de Karolyn apporte douceur au côté émotif de l’album. Elle tempère le « Sature » aux relents rock. Puis, le moment du titre le plus prenant de « Rennaissance II ». Karolyn s’adresse à la douleur et Stress ... Elle crie haut et fort : libre. Voilà où est arrivé Stress, à la liberté.


« Renaissance II » ne doit donc pas être lu comme un « volume 2 » mais plus comme une renaissance différente. Celle de l’artiste qui se détache des détracteurs, des obstacles, des aprioris. Il n’oublie pas de remercier son public (« Comment stopper ? »). Même si le sujet ne figure pas dans les textes, la pochette de l’album nous rappel que Stress reste, malgré tout, préoccupée par la politique suisse. Il veut une Suisse qui se bat et multiculturelle. Musicalement parlant, il ne s’aventure pas dans l’originalité et nous offre parfois des morceaux aux couleurs trop connues. Mais peu importe ce côté « grand public », sa renaissance, Stress l’a cachée dans le texte et les ambiances.

Commentaires
Login