Rechercher le magasin

Derniers blogs

29. Mai 2012, 00:00 Concert Festivals

Le Festival de la Cité dévoile sa programmation

Laurent Reichenbach - La 41ème édition du Festival de la Cité Lausanne offre 6 jours d’effervescence et de virtuosité artistique du mardi 10 au dimanche 15 juillet 2012.

Le Festival de la Cité dévoile sa programmation
Dans cette édition placée sous le signe d’une programmation vive et intense, la création est à l’honneur, alors qu’un axe particulier est consacré aux performances participatives. Parmi les 83 propositions différentes, on retrouve les compagnies ad-apte, Nicole Seiler et Ieto, le conteur Abbi Patrix, le BBL, The Vegetable Orchestra, Michel Corboz, Hornroh, Fink, CocoRosie, Spoek Mathambo, Greis et Anthony Joseph. 83 propositions artistiques différentes pour 215 représentations. La 41ème édition du Festival de la Cité Lausanne annonce une densité artistique exceptionnelle avec notamment 58 primeurs: des créations, des projets inédits et des spectacles à découvrir en exclusivité. De nombreux artistes sont ainsi invités à inventer des univers artistiques, spécifiques aux espaces urbains du quartier historique. La Cité explore par ailleurs un volet interactif, présentant au programme de nombreux spectacles qui inviteront le public à participer activement.

Parmi les nouveauté de cette 41e édition, un journal quotidien du Festival sera édité avec gros plans, chroniques, critiques et photos de la veille. Des rencontres entre public, artistes et programmateur renforceront la mission de médiation culturelle que défend le Festival. Des performances urbaines du collectif d’artistes X-TNT sillonneront la Suisse romande pour annoncer la sortie du programme du Festival. Enfin, une série vidéo réalisée par Frédéric Recrosio et Jean-Luc Barbezat racontera le quotidien d’un bureau de festival avec une brise d’auto-dérision.

Nouvelle création spécialement conçue pour la Cité, la Cie ada-pte présente Apéro, PAINTBALL et dimanche après-midi. Le metteur en scène Philippe Soltermann et l’auteure Marie Fourquet y interrogent l’ennui, pour une création décalée et pertinente qui prendra ses quartiers au Jardin du Cèdre. Dahlia Production propose de revisiter le destin d’un couple en partant de la fin, dans une adaptation de leur déambulation avec lecteur MP3 Elle et lui. La rue de l’Académie est offerte à la Cie Jerrycan qui y développe son projet Notre Hollywood. Entre concert, performances et vidéo, Jerrycan s’envoie dans l’espace et offre un clin d’œil au 7ème Art avec sa poésie surréaliste. La rue Charles-Vuillermet propose elle LeFIL, une installation vivante mise en scène par Marie-Aude Guignard. Les arts plastiques réinvestissent La Cour. Le collectif d’architectes-artistes lausannois fabric | ch s’empare du cœur du Festival pour une installation sous forme de passerelle qui défie le temps et l’espace. Cette thématique de l’Hétérochronie se décline également dans les sculptures éphémères du Marchand de Sable et dans la création-performance Un acte sérieux de la Cie Nicole Seiler.

Si Lausanne se confirme Capitale de la danse lors d’une soirée jubilaire exceptionnelle avec le Béjart Ballet Lausanne, l’Ecole-Atelier Rudra Béjart Lausanne, la Cie Philippe Saire, la Cie Linga et Le Marchepied, la danse est aussi représentée par la Cie Utilité Publique qui démontre dans Hakama l’art du corps à se plier et à se déplier, ainsi que par la Cie Point Zéro qui fait pulser les corps de ses danseurs entre hip-hop et danse contemporaine. Sans parole toujours, le mouvement virtuose est célébré par le voyage circassien et acrobatique de la Cie Ieto, par le quotidien du couple mimé par les Japonais de la Cie Sivouplait ou encore par les spectaculaires Tango Sumo et Spettatori. Parmi les saltimbanques et dignes artistes de rue, citons également la Cie Kitschnette qui cuisine le couple avec passion et Les Sœurs Goudron, une chorale polyphonique aussi glamour que kitsch. Autre fil rouge de cette édition: le conte. Il se décline en version star avec le troubadour contemporain Abbi Patrix qui présente 2 spectacles sur la Place du Château; et en version urbaine avec l’Unité de Contes Tout Terrain. La littérature investit elle le Jardin du Petit Théâtre avec Entre les lignes d’Espace 2 et notamment une soirée Jukebox: le public choisit le thème, les auteurs le mettent en mots (Antoinette Rychner, Odile Cornuz, Noëlle Revaz, Antoine Jaccoud). Un accent particulier est mis sur les performances participatives. Le public est ainsi convié à de multiples interventions.Rédiger des lettres d’amour avec une vraie plume (le Service public facteur d’amour par le Cie Hydragon). Chanter un tube punk-rock avec un vrai groupe sur une vraie scène (le fameux Karaoke from Hell). Emmener les Lucioles de Muma vers un jardin secret. Concourir dans un duel de guitares héros à la rue de l’Académie. Ou encore défiler pour un styliste un peu particulier puisque les «modèles» se pavaneront de fripes et déchets lors de l’impétueux Fashion Garage Show. De nombreux groupes et artistes feront une apparition rare ou donneront leurs premiers concerts en Suisse. Les sœurs de CocoRosie accueilleront Tez et les Rajasthan Roots pour un concert détonant et unique. Le public sera invité à visiter d’autres contrées plutôt inhabituelles avec The Cambodian Space Project, avec le hip-hop furieusement moderne du Sud-Africain Spoek Mathambo, avec le sega revendicateur du Mauricien Menwar, avec le jazz mondial du duo franco-malien Kouyaté-Neerman ou encore avec les orchestrations denses et orientales du Grand Eustache. Parmi les valeurs sûres, citons aussi les concerts exclusifs du songwriter Fink et d’Anthony Joseph & the Spasm Band, la pop amphétaminée de Housse de Racket, le jazz très urbain de Rusconi et de Grand Pianoramax feat. Black Cracker, le hip-hop chaloupé de Greis, ainsi que le Français Barcella dont la chanson allie fantaisie et humour avec une générosité désarmante. Parmi les explorateurs de nouvelles sonorités, Elektro Guzzi surprendra par son explosivité electro jouée entièrement sur des instruments. Chapelier Fou dévoilera son univers féerique tandis que La Gale imposera son flow explosif. Reine de la boucle electro, Oy présentera son nouveau projet, au même titre que Christophe Calpini avec Nectar Divine. Les étonnants Crane Angels dépoussièreront le chant choral en mode indie rock alors que le furieux trio berlinois Camera redonnera une nouvelle jeunesse au kraut-rock. La Cathédrale accueille une programmation axée sur l’innovation avec la violoniste américaine Airi Yoshioka qui allie musique de chambre et électronique. Hornroh, avec Baltasar Streiff du duo Stimmhorn, propose une performance forte et sacrée qui s’annonce comme un des événements de cette édition. Moment fort aussi avec le Requiem allemand de Brahms, interprété par l’Ensemble Vocal Lausanne et son chef Michel Corboz. Autre institution, l’Opéra de Lausanne déposera les valises de sa Route lyrique au parc Mon-Repos.

Parmi les nouveauté de cette 41e édition, un journal quotidien du Festival sera édité avec gros plans, chroniques, critiques et photos de la veille. Des rencontres entre public, artistes et programmateur renforceront la mission de médiation culturelle que défend le Festival. Des performances urbaines du collectif d’artistes X-TNT sillonneront la Suisse romande pour annoncer la sortie du programme du Festival. Enfin, une série vidéo réalisée par Frédéric Recrosio et Jean-Luc Barbezat racontera le quotidien d’un bureau de festival avec une brise d’autodérision. L’intégralité de la programmation se trouve sur le site internet www.festivalcite.ch

Commentaires
Login